PUBLICATIONS

DETAILS DE LA PUBLICATION DE LA CLINIQUE EN'ROTH

OBESITE ET GROSSESSE

Le cancer du col de l´utérus est évitable !

Le cancer du col de l´utérus est le 2ème cancer de la femme après le cancer du sein mais le 1er en termes de mortalité liée au cancer. Le cancer du col utérin constitue un problème de santé publique alarmant.
En Afrique, la pathologie cancéreuse est une problématique d´actualité car le cancer est de plus en plus diagnostiqué, certainement pour 2 raisons : la médicalisation de la société africaine progresse fortement avec l´espérance de vie qui augmente et ensuite les mœurs changent avec les habitudes alimentaires aussi.
Revenons de façon spécifique au cancer du col de l´utérus ! Il est lié à une infection persistante par le papillomavirus humain (HPV). Le cancer du col utérin se prête assez facilement au dépistage et c´est le seul cancer qui peut se prévenir à ce jour par la vaccination. Il est ainsi un cancer évitable! Et pourtant il existe un paradoxe, c´est que le nombre de nouveaux cas ne cesse d´augmenter. Cet état de chose doit soulever une révolte saine pour que des actions soient entreprises pour inverser la courbe.

Renforcer le dépistage
Le dépistage du cancer du col utérin est un moyen efficace de prévention secondaire et consiste à réaliser un frottis cervico-utérin pour dépister les lésions précancéreuses en vue de les traiter en évitant ainsi le passage vers le cancer invasif.
Ce FCU est réalisé lors d´un examen gynécologique. Il peut être réalisé par un médecin généraliste formé à cet effet, une sage femme ou un gynécologue. Lors de cette procédure qui est indolore, on prélève des cellules à la surface du col de l´utérus au moyen d´une brossette. Le prélèvement est ensuite analysé au microscope par un pathologiste. Le frottis est recommandé pour les femmes âgées de 25 à 65 tous les deux ans  après deux frottis négatifs à un an d´intervalle. Si dans la majorité des cas, le frottis est normal, dans 3 a 4% il peut révéler des cellules anormales évocatrices d´une lésion précancéreuse. D´autres examens notamment la colposcopie sont dans ces cas nécessaires pour examiner les éventuelles lésions du col à la loupe et les biopsier afin d´établir un diagnostic précis. Le traitement des lésions précancéreuses est bien codifié et simple (conisation du col, vaporisation au laser), réalisé sous anesthésie locale et sans hospitalisation, permet la guérison et évite ainsi le passage vers le cancer tout en préservant l´uterus et la possibilité pour la femme d´avoir des enfants.
Les freins au dépistage dans nos sociétés sont multiples : manque de politique publique de prévention des cancers, sous information des populations, manque de professionnels de santé formés notamment les pathologistes. C´est ici le lieu de lancer un cri de cœur pour des actions concertées en vue d´endiguer le fléau que constitue le cancer du col utérin.

La prévention par la vaccination
L´infection persistante de la muqueuse du col de l´utérus par le papillomavirus humain est la condition nécessaire au développement du cancer du col de l´utérus et des lésions précancéreuses. Une vaccination a été développée contre ce virus et il existe deux vaccins sur le marché contre les deux types d HPV (HPV 16 et 18) responsables d´au moins 70% des cancers du col de l´utérus. La vaccination prévient l´infection à papillomavirus lorsqu´elle est réalisée dans les conditions optimales. Elle constitue ainsi un moyen de prévention primaire du cancer du col de l´utérus et des lésions précancéreuses. Cette vaccination est recommandée aux jeunes filles de 11 à 14 ans avec une possibilité de rattrapage pour les jeunes femmes e 15 a 19 ans qui n´auraient pas eu de rapport sexuels ou depuis  1 an
Sur le plan de la couverture vaccinale,  l´Afrique est encore loin du compte du fait du manque d´information sur cette vaccination et de son coût onéreux. Les politiques doivent intégrer cette vaccination dans les programmes!
Evitons le drame du cancer du col de l´utérus car des actions concertées au moyen du renforcement du dépistage et de la vaccination doivent permettre de rendre globalement évitable le cancer du col de l´utérus.
C´est cela notre plaidoyer!

Dr. AMADOTO K. Sénam
Gynécologue-Obstétricien
Chef de service de la Clinique EN´ROTH

NOS DERNIERES PUBLICATIONS :